Sri Lanka : le Récit

On vous raconte : les Transports en Commun ...

 

Nous découvrions avec "la Grande Escapade"  le voyage avec emprunt des transports en commun locaux . Précédemment, nous nous étions toujours déplacés à bord de notre propre fourgon aménagé, ou encore, d' autres types de véhicules que nous avions loués .

Quelque soit le type de déplacement retenu, on consacre au cours d' un voyage, beaucoup de temps et souvent pas mal d' argent dans les transports, dont ils font partie intégrante .

Posséder son propre moyen de locomotion apporte une certaine souplesse ; on n' est dès lors plus assujettis à aucune contrainte horaire, on peut s' accorder autant de pauses qu' on le désire, en des lieux et pour une durée qu' on aura soi seul préalablement ou pas, déterminé ...

 



Les transports en commun sont comment dire … beaucoup plus exotiques !

Ils permettent souvent un vrai rapprochement vis-à-vis de la population locale donnant parfois lieu à de réels beaux échanges .

En çà, nous avons pris plaisir à les emprunter, malgré parfois des conditions un peu galères . Ils constitueront dans quelques temps, nous en sommes convaincus, de très belles anecdotes de voyage .

 


 

Le train constitue très probablement le moyen le plus économique de voyager . Nous avons adoré l' emprunter, il nous a donné

l' occasion d' y assister à des scènes de la vie quotidienne parfois vraiment touchantes .

On y distingue trois classes de confort : la "première classe" (notamment l' "Observation Room", un wagon panoramique qu' il convient de réserver le plus tôt possible, sous peine de ne pouvoir s' y voir attribuer de places ; tel fût notre cas !) ; la "deuxième classe", un peu plus chère, mais toute aussi souvent bondée que la "troisième" au confort réputé un peu plus sommaire .

L' "Inter-City Express" est à cependant différencier des autres trains . On peut y obtenir une réservation dans l' une quelconque des différentes classes . Plus proche de nos habitudes occidentales, il apporte une garantie évidente de confort, au détriment en revanche, du folklore local ! Il est aussi beaucoup plus rapide : quatre heures auront été suffisantes pour relier Kandy à Nuwara Eliya (76 km) lorsque nous mettions plus de 4h30 en train classique pour parcourir les 39 km qui nous séparaient de Ella  ! Il faut dire que ce train composé uniquement de deux voitures voyageurs de 3ème classe, assurait livraison et restitution de wagons marchandises dans chacune des principales gares desservies sur son parcours !

Par ailleurs, nous nous amusions de cet étonnant passage de relais entre conducteurs, unique garant des règles de sécurité propres à la circulation des trains en voie unique .

 

 

Mais il y en aurait tellement encore à dire … Emprunter le train au Sri-Lanka  s' est réellement révélé une très belle expérience .

 


Les bus sont très nombreux, ils couvrent un réseau assez impressionnant . Il est très certainement le moyen de transport le plus communément emprunté . Peu de personnes semblent posséder son véhicule personnel au Sri-Lanka . Sur la route, nous ne croisions que bus, camions, tuk-tuk, véhicules à deux roues de tous poils, mais peu de voitures particulières .

Oh ! Combien de fois nos ongles se sont-ils enfoncés dans la cuisse de notre voisin ou bien dans le revêtement élimé de notre siège tant leur conduite pouvait nous paraître atypique ?! Nous ne pensions pas qu' elle soit pour autant, réellement plus dangereuse qu' ailleurs : nous n' avons d' ailleurs jamais assisté au moindre accident ou même accrochage . A l' évidence, leur conduite ne correspond pas à nos usages occidentaux ; elle ne répond simplement pas aux mêmes règles enseignées dans nos auto-écoles !

 



Quelle ambiance dans ces bus hors d' âge, bruyants, polluants, équipés de télés ou de puissantes sonos débitant inlassablement une même entêtante musique cinghalaise, où les chauffeurs rivalisent d' inventivité pour créer une décoration à l' effet le plus kitsch qu' il soit ! Ils circulent souvent très surchargés, et sommes parfois restés debout de longs instants, bandant tour à tour, chacun des muscles de l' ensemble de notre corps afin de ne pas y perdre l' équilibre (et oui, prendre le bus, peut aussi se révéler bénéfique pour notre bien-être corporel !) .

Afin d' être plus assurés de disposer d' une place assise, souvent nous sommes nous rendus à la gare d' origine, quitte à faire quelques kilomètres supplémentaires . Il faut dire qu' avec nos cinq gros sacs, nous ne voyageons pas vraiment "légers" .

Nos sacs étaient parfois rangés dans la soute du bus (vraiment très sales, nous avons rapidement compris l' avantage de les revêtir de leur protection de pluie), où occupaient une place à part entière dans le bus . Nous ne nous offusquions alors pas, de devoir payer un billet supplémentaire, pour cette place qu' ils occupaient, alors que certaines personnes étaient tenus de voyager debout .

 

Mais là encore ... il y en aurait tellement encore tant à dire !

 


Le tuk-tuk est vraiment très répandu, il suffit souvent de faire deux pas dans la rue pour s' en voir proposer les services . Véhicule à trois roues, nous arrivions à y prendre place tous ensemble, alignés derrière le chauffeur, et chargés de nos cinq sacs à dos ... Nous savions en fin de séjour, comment y rentabiliser au mieux l' espace !

L' usage veut qu' il faut toujours en négocier le prix, ce que nous avons fait avec plus ou moins de réussite, conscients qu' au final, nous avions toujours payé plus que de raison . En revanche, face à de malhonnêtes conducteurs (une minorité), nous réclamant un prix différent de celui que nous avions préalablement fixé, nous menant dans une guesthouse autre que celle que nous leur avions indiqué ... nous avons su rester fermes, et n' avons jamais cédé .  Nous collectionnons tout un lot d' anecdotes plus ou moins croustillantes sur le sujet !

 

 

Reprenons le cours de notre balade sri-lankaise ; c' est à découvrir dans les pages suivantes ...

 


<<<  Page Précédente                                                                                                          Page suivante  >>>

Le Triangle Culturel (2)                                                                                                                        Les Montagnes du Centre