Polynésie française : le Récit

L' île de Tahiti


En Pratique

  • Hébergements :

       - Faa' a : Pension Farehau  (1 nuit,

          du 22 au 23/02 ; 101 € pour nous 3) .

          Nous occupions la chambre la plus

          onéreuse, avec SDB privée, il en existe de

          meilleur marché (bon rapport qualité-prix

          pour Tahiti !) . Située à 3 km de l' aéroport

          (transfert gratuit), idéale pour une arrivée

          un peu tardive ou un départ matinal .

          Propreté irréprochable, accueil d' une

          gentillesse infinie (collier de fleurs en

          prime), petit-déjeuner et wifi inclus .

          Une réelle bonne petite adresse (un peu

          excentrée cependant des centres

          d' activités et de le plage) .



         - Teahupoo : Pension La Vague Bleue  (2 nuits, du 23 au 25/02 ;

           84 € la nuit pour nous 3 - prix beaucoup plus attractif que sur le site de

           référence, obtenu via Booking.com -) . Bizarre ?! Logement spacieux,

           propre et confortable ; jardin, plage et parties communes (cuisine

           notamment) manquant vraiment d' entretien ; accueil courtois, mais à

           l' image de l' établissement : bizarre ! Du wifi gratuit, mais bizarrement

           aléatoire, pas de petit-déjeuner . Dans le cadre d' un séjour, posséder

           un véhicule nous a semblé indispensable . Du potentiel, mais ...

  • Transports :

        - Aéroport International de Tahiti Faa' a  - Pension Farehau : transfert

         gratuit proposé par les hôtes de la pension .

        - Sur place : location d' une voiture pour les deux jours suivants notre

          arrivée .      

        - Départ vers l' île de Huahine  par avion ("Pass Air Tahiti", voir page

          "Polynésie française") .



On vous raconte ...

Nous décollions d' Auckland  (NZ) à 16 heures le dimanche 23 février . Après environ 5 heures de vol, nous débarquions à Tahiti à 22 heures le samedi

22 février ! Nous avions ainsi, un peu voyagé dans le temps et encaissions plutôt bien ces 23 h de décalage horaire (en réalité, en tout point similaire à

une unique heure de décalage !) .

Il faisait 28 °C  lorsque nous posions les pieds sur le tarmac de Faa' a ...

La chaleur moite que nous y ressentions nous rappelait un peu l' Asie !

Comme convenu, Anita  nous attendait, elle nous passait le traditionnel collier de tiare  autour du cou, en guise de bienvenue . Elle nous apprenait par ailleurs, qu' il pleuvait sans discontinuer sur Tahiti  depuis plus de 15 jours ... Aïe ! Nous savions que c' était la saison des pluies, mais quand même !

Qu' il était surprenant d' entendre à nouveau le français prononcé dans la majorité des bouches, qu' il était surprenant à nouveau de circuler à droite ...

c' était un peu comme si nous avions rejoint un coin de France, en revanche, beaucoup plus exotique que celui que nous quittions déjà plus de 6 mois auparavant !


Papeete


Belle surprise à notre réveil ... Il faisait beau !

Anita  nous avait remarquablement accueillis dans sa coquette et fonctionnelle  petite pension de famille ... Elle nous raccompagnait

à l' aéroport afin que nous rentrions en possession de notre voiture de location . Il nous fallait en premier lieu nous rendre sur le port

de Papeete afin de savoir si nous pouvions embarquer à bord du cargo le Hawaiki Nui  que nous souhaitions  emprunter pour rejoindre dans un premier temps Bora-Bora . Nous avions bien tenté précédemment de les contacter par téléphone et par mail,

mais la seule solution qui semble valable afin d' obtenir le précieux sésame est se rendre directement sur place ... Évidemment,

c' était râpé pour nous : il n' y avait pas de place avant le 25 Mars, et à cette date, nous serions déjà en Amérique latine !

"Quoi k' on fait ?" ...  Ou bien nous nous limitions aux seules îles de Tahiti  et de Moorea, ou bien nous prenions un "Pass 2"

d' Air-Tahiti, le seul qui nous autorisait d' aller à Maupiti  (une île sur laquelle nous tenions vraiment à nous rendre), après que nous ayons appris que le Maupiti-Express  n' assurait plus de liaisons vers cet atoll . Nous retenions cette dernière solution ...

C' est le budget "Polynésie" bien que déjà bien élevé (près de 200 € par jour), qui semblait très difficile à équilibrer désormais !

 


 

Nous perdions à Papeete, un temps infini dans une agence d' Air-Tahiti  puis dans un cybercafé afin d' y organiser la poursuite

de notre séjour polynésien : plan de vols, plus réservation des premiers hébergements . Ainsi, avions-nous défini de séjourner successivement sur chacune des îles autorisées par notre Pass : Huahine, Raiatea, Bora-Bora, Maupiti  et Moorea .

Nous prenions en revanche, un peu de temps pour déambuler dans les allées du marché couvert de Papeete  et dans ses rues

animées ... Nous n' étions pas spécialement séduits !


Tahiti côté Mer





En deux jours, il est tout à fait envisageable de parcourir les quelques

120 km de route de ceinture (route côtière) de Tahiti Nui  (partie principale

située au Nord-Ouest), ainsi que les deux routes de Tahiti-Iti (ou presqu' île

de Taraiapu, située au Sud-Est) partant en "tenaille" depuis l' isthme de

Taravo . Elles constituent pratiquement l' unique réseau routier présent sur l' île,

et accessible avec un véhicule de tourisme .

 

Les paysages abordés le long de ces routes ne nous ont pas particulièrement séduits non plus ... Nous n' éprouvions pas réellement

l' envie de les prendre en photo (ceci explique leur qualité et leur nombre réduit) . Le musée Paul Gaugin  que nous tenions à visiter était même fermé pour rénovation lors de notre passage ; sympa tout de même la visite gratuite du jardin d' eau de Vaipahi, situé non loin de là ! Mais globalement, de kilomètres en kilomètres, nous allions de désillusion en désillusion !

 


Tahiti, côté Montagne

 

De rares routes (s' apparentant plus facilement à des pistes bien défoncées) permettent sur quelques kilomètres de s' aventurer un

peu vers l' intérieur de l' île ... nous nous y engagions, sans non plus, à aucun moment, être vraiment tout à fait séduits !

 



Tahiti ... Épilogue

 

Peut-être une journée supplémentaire à Tahiti  nous aurait-elle permis de l' explorer un peu plus en profondeur et d' y découvrir quelques jolis jardins secrets ... Nous n' avions fait que l' effleurer, énormément déçus par ce que nous y avions découvert .

Après Tahiti, l' île réputée la plus animée, la plus bouillonnante de l' Archipel de la Société, nous nous envolions pour Huahine, certainement l' île la plus sauvage et la plus intime avec l' espoir d' y voir les images que l' évocation de la Polynésie  inspire à

notre imaginaire ... Mais çà, c' est une autre histoire !

Bye, bye Tahiti ! Trop chargés pour emprunter les petits avions assurant les liaisons inter-îles (10 kg maxi par personne en soute,3 kg

en cabine), nous déposions aux consignes de son aéroport, pour une durée de 3 semaines, un de nos sacs (coût 120 € ! Aïe, aïe, aïe !) .

 



<<<  Page précédente                                                                                                                                 Page suivante  >>>

Croisière Florès-Lombok (Indonésie)                                                                                                               L' île de Huahine