Malaisie : le Récit

Le Parc de Taman Negara


En Pratique

  • Hébergement :

        - Kuala Tahan, Durian Chalets  (2 nuits, du 05 au 08/10,

          15 € la nuit pour nous 3) . Ces chalets un peu excentrés par

          rapport aux centres d' activité, occupent un très agréable

          jardin ; un peu défraîchis, l' ensemble demeure propre, et

          nous nous y sommes bien sentis ; accueil discret et gentil .

          Nous y avons interrompu notre séjour pour aller passer une

          nuit dans la jungle, l' essentiel de nos bagages étant

          conservé dans cette guesthouse sans que ce service nous soit

          facturé .

  • Transports :

        - Perhentian - Parc de Taman Negara : bateau

           jusqu' à Kuala Besut ; mini-bus jusqu' à Kuala Tahan .

        - Kuala Tahan - Kuala Lumpur : pirogue de Kuala Tahan 

           à Kuala Tembeling ; mini-bus de Kuala Tembeling  à

           Kuala Lumpur avec changement à Jerantut .



On vous raconte ...

 

Quittant les îles Perhentian, nous avions prévu pour atteindre le Parc National de Taman Negara, emprunter un bus jusqu' à

Kota Bharu, puis d' y passer la nuit ; dans un départ matinal, nous ambitionnions ensuite de prendre le fameux "train de la jungle" jusqu' à Jerantut, et enfin un bus, de Jerantut  à Kuala Tahan, le village situé au cœur de la jungle, point de départ de toutes les activités qui y sont proposées .

Une proposition découverte au Mama' s Chalet  allait bousculer nos plans . Ainsi, pouvions nous rejoindre directement Kuala Besut 

à Kuala Tahan  par mini-bus . Le coût de cette prestation était assez élevé, mais nous économisions le prix d' un transport en bus, celui d' une nuit d' hôtel, d' un billet de train, d' un nouveau billet de bus ... Il nous permettait surtout une grosse économie de temps . La fin du voyage approchait, et nous tenions vraiment effectuer un trek d' au moins deux jours au cours de cette étape dans la jungle ; nous voulions également consacrer au moins une journée entière à la visite de Kuala Lumpur . Emprunter ce mini-bus nous a permis de séjourner une nuit supplémentaire aux Perhentian, et d' ainsi d' y découvrir l' île de Kecil  que nous nous étions résolus à ne pas visiter . Cette fois c' est sûr, nous n' allions pas nous rendre aux Cameron Highlands, pas plus qu' à Penang ... Le programme de fin de voyage semblait désormais ainsi figé : 3 nuits passées au Taman Negara, et 2 autres à Kuala Lumpur .

 

Après une journée de transport, nous parvenions à Kuala Tahan, où nous prenions aussitôt contact afin d' organiser notre trek de deux jours dans la jungle que nous ambitionnions faire dès le lendemain .
Kuala Tahan  s' étire le long de la rivière Tembeling ; le village bénéficie d' une ambiance toute particulière ; s' y croisent des baroudeurs venus y accomplir des exploits au cours de treks de plus d' une semaine (notamment ascension du Gunung Tahan) et des groupes de touristes munis de valises à roulettes, venus s' aventurer sur la Canopy Walkway, découverte dans des magazines .

 


Jours de Trek

J' avais [Jean-Fi] vomi la veille, et toute la nuit, avais été

sujet à de fortes fièvres ; j' étais de plus, handicapé par une douleur persistante au genou droit que je pensais être une tendinite ... Ce trek relevait désormais pour moi du défi

(j' avoue avoir pensé y renoncer) .

En guise de préambule, nous nous rendions sur la Canopy Walkway, un pont suspendu tendu au sommet des arbres, réputé le plus long du monde ... Quelle déception, d' autant que la partie supérieure était fermée pour cause de restauration ! Nous nous y sommes vraiment ennuyés, piétinant derrière des groupes de touristes figés par une certaine forme de vertige . Nous n' y avons trouvé vraiment aucun intérêt, et avons sincèrement regretté s' y être rendu .

Puis, traversant la jungle en pirogue à moteur, nous remontions pendant plus d' une heure, la rivière Tembeling ... 

Un instant vraiment agréable que nous aurions volontiers prolongé .

 

 

Le groupe que nous constituions était composé de neuf touristes (2 canadiens, 2 allemands, 2 anglaises et nous 3) et de deux guides . Nos sacs étaient chargés d' un minimum de vêtements de rechange, d' un sac de couchage, d' un mince tapis de sol, d' une partie de la nourriture que nous allions consommer au cours de ces deux jours, mais surtout, de près de cinq litres d' eau par personne ... çà pèse énormément le premier jour !

Par mesure de précaution (notamment l' humidité des lieux), nous n' emmenions pas nos réflex ; les quelques images illustrant cet article sont issues de notre petit APN étanche (que nous jugeons par ailleurs bien décevant, mise à part les photos prises sous l' eau !) .

 

 

Évoluer dans la forêt tropicale se révèle vraiment plus ardu que sur bien d' autres terrains ...

On y est confronté à de nombreux obstacles, mais c' est plus encore l' alliance de l' humidité et de la chaleur qui se révèle difficile

à endurer ; c' est elle qui handicape le plus la progression ! Malade, j' avoue avoir un peu souffert !

Notre guide a multiplié les arrêts, nous contant la flore (nous faisant goûter des fruits à la saveur insoupçonnée, nous mettant

en garde sur telle ou telle espèce vénéneuse ou carnivore...) ; la faune (la dangerosité de certaines des araignées, des serpents,

des scorpions ...) .

 

 

Nous abordions par endroits, des espaces vraiment humides ... les sangsues ont particulièrement apprécié les mollets de Justine  (en retour, l' ingrate ne les a pas vraiment appréciées) ! Lorsque le niveau de l' eau le permettait, certains d' entre nous en ont profité

pour se baigner ...

 

 

Tout au long du parcours, nous découvrions des grottes plus ou moins importantes, et pour certaines d' entre elles, vraiment pas faciles d' accès (Gua Luas, Gua Dan Menari ...) .

 

 

Finalement, nous mettions près de cinq heures pour parcourir les huit kilomètres devant nous mener à Gua Kepayang, la grotte où nous devions passer la nuit . Alors que nous participions à la confection du repas en compagnie des guides, le reste du groupe se montrait timide et adoptait un comportement de "touristes consommateurs" qui personnellement nous choquait un petit peu .

 


 

Avant de nous coucher, nos guides nous présentaient  à l' intérieur même de la grotte, nos voisins de chambrée : des crapauds,

des rats, des araignées, des chauves-souris, des rats, des scorpions ...

A défaut d' être bonne, l' expérience de la nuit passée dans cette grotte demeure vraiment inoubliable !

 


 

Les premiers rayons du soleil pénétrant l' intérieur de la grotte signifiaient pour chacun d' entre nous "le réveil" ...

Nos guides confectionnaient déjà le petit-déjeuner, grillant ingénieusement les toasts au feu de bois : le grille-pain de la jungle,

tel l' ont-ils appelé ! Nous reconstituions nos sacs, déjeunions, et rapidement reprenions la progression dans la jungle .

Je n' étais pas en meilleure forme que la veille, mais j' appréciais en revanche le fait que mon sac soit allégé des litres d' eau consommés la veille .

 

 

Aujourd' hui, le terrain était beaucoup moins accidenté, et les rampes moins prononcés . Nous parcourions ces autres huit nouveaux kilomètres en un peu moins de quatre heures, pause déjeuner et baignade en rivière non comprise .

 

 

La jungle est le territoire ancestral des Orang Asli, un peuple aborigène . Il était prévu en fin de trek effectuer la visite d' un de leur village traditionnel . Cette visite n' a pas eu lieu, car l' ensemble du groupe fatigué, n' a pas voulu s' y rendre ?! Nous étions personnellement motivés, l' avons fait savoir, mais nous sommes néanmoins rangés du côté de la majorité, un peu choqués du

manque de scrupules des autres membres à notre égard ... Ouais, ouais, çà nous a un peu énervé tout çà !

 

La descente de la rivière Tembeling  s' est par endroits apparentée à du rafting ... nous parvenions totalement trempés à Kuala Tahan  où prenait fin le trek . Le groupe s' est séparé sans un au-revoir, sans même un mot de remerciement envers nos guides qui ont fait preuve d' une extrême disponibilité et gentillesse au cours de ces deux jours que nous jugions assez extraordinaires . Bizarre tout çà, bizarre ... nous n' avons personnellement pas bien compris ?!

 

 



Dès le lendemain, nous rejoignions les rives du Tembeling ...

Nous allions suivre pendant près de deux heures, à bord d' une pirogue à moteur,

son cours jusqu' à Kuala Tembeling  avant de prolonger en bus le voyage jusqu' à

rejoindre Kuala Lumpur,  ultime étape de notre séjour en Malaisie ..

 

 



Ce passage par le Parc National de Taman Negara nous a personnellement enchantés  .

Il est intervenu au bon moment, juste lorsque nous commencions à saturer un peu des séjours paisibles vécus sur des îles paradisiaques (pfff ! C' est dur la vie de voyageurs !) . Passée la déception d'  une expérience humaine assez désastreuse, nous avions vécu à travers ce trek, des moments forts émotionnellement ... nous n' étions pas près de les oublier !

 

 


<<<  Page Précédente                                                                                                     Page suivante  >>>

Les Tioman                                                                                                                                      Kuala Lumpur