Chili : le Récit

La Ville de Valparaiso


En Pratique

  • Hébergement :

       - La Bicyclette  (2 nuits, du 25 au 27/03 ; 29 €

         la nuit pour nous 3) . Idéalement située, cette

         hospedaje  est tenue par le très sympathique

         et volubile Gilles, un français qui ne manquera

         pas de vous orienter afin de programmer au

         mieux votre visite de la ville et de ses environs ;

         nous y disposions d' un confortable petit

         appartement aménagé dans une ancienne

         boutique ; accès internet ; petit-déjeuner inclus .

        Une belle adresse disposant d' un excellent

        rapport qualité-prix (merci pour le tuyau

        le Voyage de Miles, c' était sympa !) .

  • Transports :

       - Santiago - Valparaiso  : bus (coût : environ 4 €/personne) .

       - Depuis le Terminal de bus jusqu' à rejoindre la Bicyclette  : prendre un

           mini-bus marqué "Aduana "  (à droite en sortant, le long de l' avenue

           Pedro Montt  ; demander au chauffeur qu' il vous arrête Place Anibal

           Pinto ; descendre, traverser la place en se dirigeant vers la colline ;

           monter l' avenue Almirante Montt  (porte bien son nom, pour le

           coup !) jusqu' au n° 213 .

         - Valparaiso - Viña del Mar  : métro (tarif inférieur à 2 € A/R par

            personne ; compter une quinzaine de minutes de trajet) . Carte

            magnétique à recharger, prêtée pour l' occasion, par le propriétaire

            de la Bicyclette .

         - Valparaiso - Puerto Montt  : bus (trajet : 16 h ; coût : 20 € environ/p) .



  • Visite :

       - La Sebastiana, l' une des 3 maisons du poète Pablo Neruda  (coût 4 €/personne) .


=   Emplacement de l' hospedaje la Bicyclette  où nous logions .

      Le tracé rouge est l' itinéraire suivi à pied au cours du premier jour .

                 Les chiffres rouges figurent des lieux caractéristiques, plus particulièrement évoqués à travers cet article .


On vous raconte ...

 

Gilles, le propriétaire de la Bicyclette  nous avait parfaitement expliqué la marche à suivre pour parvenir jusqu' à son hospedaje, si bien que nous y parvenions suffisamment tôt pour envisager une première découverte de la ville ... Il nous suggéra un itinéraire : celui repéré en rouge sur la carte .

 

 

Valparaiso  est bâtie sur 45 collines (baptisées ici Cerros) ; la Bicyclette (le bâtiment jaune, à droite, sur la photo ci-contre)

s' accroche aux pentes de l' une d' entres elles . La balade qui nous avait été recommandée, consistait essentiellement à longer

l' Avenida Alemania qui serpente aux sommets des collines . Elle offre ainsi, une jolie vue d' ensemble dominant successivement les cerros de Carcel, la Loma, San Juan de Dios, Florida, Bellavista et Panteon . Tout au long de la promenade, nos regards ne manquaient pas d' être attirés par les nombreux graffitis bariolés recouvrant les façades colorées des maisons .

 



Sur l' itinéraire suivi, nous visitions la Sebastiana, l' une

des 3 maisons ayant appartenu au poète Pablo Neruda (repérée 1 sur la carte) . Depuis le dernier étage (celui du bureau du poète) on bénéficie d' un panorama assez exceptionnel sur la ville, sa baie et l' océan .

Une sympathique visite !



 

Puis nous "redégringolions" vers la ville basse, ne cessant de nous étonner des étonnantes fresques que nous ne manquions

pas en chemin d' y observer (en revanche, la ville basse ne nous a pas particulièrement séduits ; nous la jugions globalement,

plutôt "glauque") .

 


 

Le lendemain, nous poursuivions la découverte des cerros  de Valparaiso  et plus particulièrement ceux d' Alegre  (celui-là même où nous logions) et de Concepcion  (repérés 3 sur la carte) . Nous y errions, un peu au hasard, escaladions les collines avant de les redescendre, empruntions tout un réseau de ruelles, de passages voutés ou encore d' escaliers ne semblant répondre à aucun plan logique de construction (ci-dessous, les maisons mitoyennes et colorées du Paseo Atkinson) .

 

 

Les folkloriques ascensores  sont des funiculaires qu' il convient d' emprunter au moins une fois, ou lorsque diminué physiquement,

une énième remontée à pied de cerro  apparait délicate . Pourtant classés monuments historiques, peu fonctionnent encore à ce jour, car peu rentables ou en trop mauvais état (coût plus élevé que les quelques mètres de hauteur qu' ils permettent de faire gagner, avons-nous personnellement jugé : compter par passage et par personne, environ 0,50 € ; à 3, il convient de ne pas trop en

abuser ; nous n' avons testé qu' une unique fois !) .

 


 

Nous nous sommes un peu perdus, repassions souvent par des lieux déjà arpentés ...

Pour notre plus grand plaisir ! Car abordés sous un autre angle, nous découvrions de nouvelles ambiances,  des détails

qui nous avaient précédemment échappés, ou encore une nouvelle rue s' enfonçant perpendiculairement  en impasse ...

 


 

La promenade s' est prolongée à l' Ouest, jusqu' au cerro Artilleria  (hors plan) . On y grimpe à pied (ascenseur fermé)

jusqu' à atteindre un joli belvédère ombragé . Possibilité d' y visiter le musée naval et maritime, installé dans un palais .

 

 

Nous redescendions jusque sur la Plazza Sotomayor, bordée d' imposants bâtiments officiels . Elle ouvre sur le port où semblent cohabiter les activités commerciales, militaires et touristiques (repérés 4 sur le plan) .

 

 

Pour notre troisième et dernière journée, nous convenions de suivre un peu le littoral .

Aussi, depuis le port de Valparaiso, empruntions-nous le métro vers le Nord, jusqu' à rejoindre la plus populaire station balnéaire

du Chili : Viña del Mar  . Euh ... Nous n' avons pas du tout aimé !

 

 

Nous avons beaucoup apprécié notre étape à "Valpo"  (telle la baptisent ses habitants) .

Nous déplorions en revanche, la brume maritime qui durant les trois jours où nous y séjournions, n' a pas manqué d' envelopper la deuxième ville du pays (déclarée par ailleurs, patrimoine culturel de l' humanité par l' Unesco) .

Nous la quittions cependant sous le soleil, dans la soirée du troisième jour, alors que nous empruntions un bus de nuit qui nous conduisait vers Puerto Montt ... Une nouvelle fabuleuse expérience nous y attendait !

 


<<<  Page précédente                                                                                                                                 Page suivante  >>>

                Santiago                                                                                                                                      Canaux patagoniques